Le Lac Titicaca & ses Îles

Cliquez ici pour accéder directement aux infos pratiques situées en bas de page   

 

 – Mercredi 27 Juin 2018 – Départ de Cuzco, direction Puno. Comme on ne change pas une équipe qui gagne, nous prenons de nouveau un bus de nuit avec la compagnie Cruz del Sur. Ça nous permet de faire une nuit de sommeil confortablement, sans voir passer un trajet de 6h30. Nous arrivons à Puno à 4h00 du mat’, avec la tête dans le pâté. 

Minute culture : Puno est une des villes les plus proches et emblématiques du Lac Titicaca. C’est le lac navigable le plus haut du monde, puisqu’il pointe à 3800 mètres d’altitude. Il est à cheval sur la frontière entre le Pérou et la Bolivie. C’est un des plus grands lacs du monde, avec une superficie de 8300km2 (ça fait plus de 3 fois la taille de La Réunion ou du Luxembourg quand même !). 

Vous l’aurez compris, la raison de notre venue à Puno est d’embarquer sur le lac Titicaca. Nous avons réservé un tour de 2 jours. L’agence doit nous récupérer à 7h30 à notre futur hôtel. Nous avons 3h30 à tuer, on décide de se poser sur les bancs de la gare pour finir notre nuit. Mauvaise nouvelle, la gare routière grouille de rabatteuses qui crient les noms des villes pour vous inciter à prendre un voyage. C’est très assourdissant. Pour visualiser, prenez une voix aiguë, dites « Arequipa l’équipa l’équipa equipa equipa équipaaaaaaa », dites le 10 fois en une minute, et multiplier par 10 rabatteuses qui ont chacune une destination. Vous l’aurez compris : le résultat de cette multiplication est : UN CRAQUAGE TOTAL ! On décide de vite s’enfuir avant d’étrangler quelqu’un.  On se dirige vers l’hôtel à pied. 

Finalement, on est mieux ici ! Et puis, on peut laisser nos gros sacs de côté, même si on ne dormira ici qu’après demain, et ça c’est bien cool ! On se pose deux heures et on profite du wifi, le tout au calme ! A 7h50, notre navette arrive. Comme toujours, on récupère d’autres clients avant de rejoindre le port. 

 

 


 

   UROS ISLANDS   

 

Que la Pigeonnade commence ! Grou Grouuu..

Le guide réunit le groupe. Nous serons environ une vingtaine. Le bateau présente une dégaine qui n’inspire rien de bon. Ça sent le tourisme de masse et la douille à plein nez. À peine assis dans le bateau, un homme vient jouer de la musique pour amuser la galerie. Une fois fini, il fait le tour pour nous raquetter des tips. Je redoute déjà le tour, le début n’augure rien de bon. D’après nos lectures, nous avions compris que les Uros Islands étaient touristiques à souhait et qu’il fallait aller au-delà pour voir l’authenticité des îles du lac. J’avais choisi avec précaution une agence qui proposait de dormir chez l’habitant et partager des coutumes. Je ne m’attendais pas à ce genre de départ. 

Le bateau démarre et le guide nous explique un peu le déroulement des deux jours à venir. Tout à l’air programmé à la seconde. Le récit du guide et ses blagues sentent le réchauffé.. le bon p’tit voyage de pigeon. Grou grouuuuuuu. Avec Marie, nous comprenons très vite que cette expérience risque d’être longue et décevante. Ce n’est pas vraiment notre concept du voyage. Tant pis, on est là, il faudra faire avec. On nous dit que les photos sont gratuites (encore heureux) et que c’est à notre libre arbitre d’acheter des trucs pour aider la communauté. Nous arrivons sur la première île. Les Uros Islands sont de petites îles faites en roseaux, en plein coeur du Lac Titicaca. C’est assez atypique et original, la sensation est étrange lorsque l’on marche dessus. 

 

Lac Titicaca : Uros IslandsLac Titicaca : Uros Islands

 

Après un mini tour sur l’île, on s’assoit tous sagement en cercle pour écouter la façon dont cette communauté vit. Ensuite, plusieurs habitants prennent des groupes pour nous faire visiter leur habitation. Pour des personnes qui ont choisi de vivre ainsi, il y a plusieurs choses qui m’interpellent. Ils ont des panneaux solaires installés et arrivent à avoir de l’électricité. Ils possèdent des outils qui viennent du continent. Bref, on en devient même sceptique sur le fait qu’ils habitent vraiment ici. Tout semble beaucoup trop orchestré et les recettes du tourisme doivent alimenter ce petit manège. Et malheureusement, nous l’avons déjà nourri aussi.

 Lorsque l’habitant nous montre sa maison, il étale toutes les créations réalisées par sa femme (pull, bonnets etc) et à la fin dit : vous ne voulez pas en acheter ? L’homme reste devant la porte avec un air triste. On se retrouve devant un fait accompli ou les seules échappatoires sont : 1. Acheter un vêtement  –  2. Passer pour des con*****. Avec Marie, nous sommes très gênés par cette situation et énervés que ça se passe ainsi. On décide qu’on ne lâchera pas un centime du séjour. Les Pigeons Voyageurs ne seront pas des pigeons aujourd’hui. Non pas pour l’argent, mais pour le principe et la façon dont ils forcent les touristes à dépenser. 

 

Lac Titicaca : Uros Islands

 


 

   AMANTANI ISLAND   

 

Le tour est censé être “tout compris”, mais sur place, plein de petites options sont faisables, vendues en mode « il faut le faire » ou « c’est pour aider la communauté ». Et c’est pas fini, il nous parle d’une option pour prendre les bateaux typiques du lac pour rejoindre la seconde île d’Uros. Cela vaut 10 soles (2,5€) pour la traversée. Le prix reste dérisoire, mais 3 personnes nous poussent en mode « allez tout le monde dans le bateau, ce sera la meilleure expérience de toute votre vie », « C’est optionnel mais allez-y on vous dit ». Rien que pour ça, on n’a pas eu envie de le faire. On essaye de s’abstenir de ces choses pour quand même passer une bonne journée mais c’est agaçant. On fera les radins coûte que coûte.
→ Mode cons activé

 

Lac Titicaca : Uros Islands

 

Après la visite des jolies îles flottantes d’Uros, nous reprenons la traversée du Lac Titicaca, pendant deux heures, pour rejoindre Amantani Island, à 37km du port de Puno. Plus loin, moins touristique, plus typique, cette île est déjà plus plaisante. Sur place, nous devons être “pris en charge” par des familles. Des petits groupes sont formés. Nous nous retrouvons avec un espagnol, Juan, avec qui nous allons partager cette expérience. 

La famille qui nous accueille est finalement une dame vivant seule. Une petite mamie toute mignonne dans sa tenue traditionnelle. Elle nous emmène jusque chez elle. Nous découvrons notre habitation temporaire. Elle possédait une maisonnette avec plusieurs chambres. Bon, pour l’isolation, on voit que ce n’est pas trop ça, les murs sont peu épais et la chaleur (ou la fraîcheur) rentre bien dans les chambres. On sait que la nuit va être froide.

Concernant l’hygiène, bon bah pas de douche, ça sera l’option lingette. Les publicités « déodorants efficaces 48 heures » prennent tout leur sens à ce moment précis. Concernant les toilettes, il faut envoyer des seaux d’eau pour faire disparaître nos derniers chefs d’œuvres. Voilà pour le point habitation. Voilà enfin de l’authenticité. Nous redescendons pour le lunch.

 

Lac Titicaca : Amantani Island   Lac Titicaca : Amantani IslandLac Titicaca : Amantani Island

 

La mamie, se nommant Julia, nous a préparé un superbe repas. Soupe de quinoa en entrée, puis Oka (patate douce) pomme de terre, riz et fromage. Un plat bien apprécié en ce moment de faim ! On l’invite à s’installer avec nous sinon elle aurait mangé seule de son côté ! On profite du repas pour en apprendre plus sur Juan et son parcours. D’ailleurs Juan nous est bien utile en espagnol, pour pouvoir traduire la conversation avec Julia. Ils ont parfois eux-mêmes du mal à se comprendre car Julia parle principalement Quechua. Après le repas, elle nous étale toutes ses créations bonnets, pulls & co, elle est super fière et se marre à chaque phrase que l’on prononce. Elle est vraiment marrante et gentille. 

Pas le temps de traîner, point de rencontre avec le groupe pour grimper au plus au point de l’île. Nous vivons un joli coucher de soleil, disparaissant derrière le lac Titicaca. Spectacle très agréable, bien qu’un peu gaché par le guide et sa grosse voix, pas apaisante du tout. On paraît ronchon mais on vous retranscrit les ressentis de la journée !

 

 

Nous revenons le soir pour le repas où une fois de plus, Julia nous a régalé. Elle vit seule car son fils et son mari travaillent sur le continent. Cette fois, sa mère était là. Elles ont décidé de manger de côté. C’est un peu dommage, et bizarre, qu’elles fassent à manger pour nous mais en restant assises à l’écart. Après le repas, un folklore était prévu pour notre groupe de touristes. Nous étions vraiment claqués des journées précédentes. D’un autre côté on était curieux de voir.

Finalement, la fatigue l’emporte ! On s’est dit que si c’était encore un espèce de faux folklore orchestré pour touristes, on aurait été dégoutés. D’ailleurs, notre ami espagnol en a fait de même, tout le monde au lit à 20h. On se met sous nos 6 couvertures pour entamer une nuit très très très très fraîche, pour ne pas dire glaciale !

 


 

   TAQUILE ISLAND   

 

Que la pigeonnade continue..

– Jeudi 28 Juin –  Après cette nuit de presque 11h de sommeil, mais où nous avons toujours l’impression d’être deglingués, on se fait appeler pour le petit déjeuner. Rapide prise de force avant de déjà dire au revoir à Julia, et de rejoindre le groupe sur le bateau. Nous nous rendons sur la 3ème île du tour : Taquile Island. Elle ressemble un peu à Amantani Island, mais en un peu plus sauvage. 

 

 

On arrive à 9h sur l’île et nous montons jusqu’à la place principale. Nous prenons quelques photos puis le guide nous laisse un quartier libre d’une heure, youpi. On se balade sur l’île sans trop savoir où aller, Juan se joint à nous. On tombe sur un gentil petit Papy qui nous fait faire un tour et nous ramène sur la place principale à temps. Nous longeons un coté de l’île, en direction du lunch.  La vue sur le lac est superbe.

 

Lac Titicaca : Taquile Island

 

Le resto n’est pas inclus dans le tour de 2 jours. Et « si vous ne mangez pas maintenant vous pourrez pas manger avant 15h » paroles du guide en rigolant. En gros ça veut dire : vous n’avez pas le choix. Il n’est pas cher, mais une fois de plus ce genre de guet apens pris au pied du mur est véritablement agaçant. Marie mange une truite fraîchement pêchée du lac, qu’elle semble extrêment appréciée. Ne mangeant pas de poisson, je me contente d’une omelette.

À la fin du repas, le guide cite les hôtels n’ayant pas le lunch inclus. Ironie de l’histoire, il oublie le notre. De nature honnêtes, dans ce genre de situations, je peux vous dire qu’avec les 24 dernières heures vécues, on n’avait pas envie d’être honnêtes. Nous mangeons donc à l’œil. Ils ont voulu nous la mettre tout le séjour, au final nous repartons en économisant de l’argent sur leur dos. #Karma. Ne jamais sous-estimer la puissance du Karma. Pérou 1-2 Pigeons Voyageurs  

 


 

   PUNO   

 

Après le lunch au bord du Lac Titicaca, deux heures de bateau pour retourner sur Puno. En arrivant dans la ville, l’orga redevient floue mais on réussit quand même à rejoindre l’hôtel rapidement, par une navette. On fait nos adieux à Juan puis récupérons nos gros sacs à l’hôtel, avant d’aller découvrir notre chambre. On commence par laver nos vêtements pour qu’ils sèchent le plus vite possible. Puis, vient la libération pour nous : LA DOUCHE. 60h exactement sans avoir eu accès à une douche et l’opportunité de se laver. C’est un record qu’on ne battra plus jamais dans notre vie, j’espère en tout cas. #PigeonsCracra

La douche n’est pas terrible mais qu’importe, elle fait vraiment plaisir. L’impression d’avoir gagné un jeu de confort à Koh Lanta, merci Denis. 

 

 

Nous allons ensuite nous balader en ville pour découvrir Puno avant que la nuit tombe. La Cathédrale qui surplombe la place est superbe. Nous achetons quelques bricoles pour survivre entre les repas. Pour le dîner, nous choisissons un resto avec Pizza car nous en avions une grosse envie. Une grosse faim à combler. Il est 18h. On est complètement décalé dans ce séjour : les réveils à 3h-4h, les repas à 11-12h le midi/ 18h le soir, et se coucher à 20h.. Du grand n’importe quoi ! Après avoir pris une énorme pizza chacun, on retourne à l’hôtel. On veille un peu avant de se coucher.

 

 

Pour faire un bilan de notre séjour sur le lac Titicaca :  l’organisation du tour était décevante, vous l’avez deviné. Néanmoins, les différentes îles et les paysages sont superbes. Les lieux valent le détour. La rencontre avec Julia était très enrichissante et mémorable. Contrairement aux habitants des Uros Islands, elle nous a paru vraie, entière, avec le cœur sur la main. Si vous souhaitez visiter le lac Titicaca. On vous recommande de faire le même type de tour mais avec une agence qui semblera + portée sur l’authenticité. Ne vous arrêtez pas uniquement aux Uros Islands. Même si elles sont très jolies, cela reste l’expérience la moins authentique du lac. Allez plus loin ! 

Quoi qu’il en soit, c’était notre dernier jour au Pérou. Le lendemain, c’est le changement de pays, vamos en Bolivia !!! 

 


   
LES INFOS QU’IL TE FAUT   

 

    Hébergements   

Hotel Balsa Inn (Puno) : 128 Soles (32€) – Bon rapport qualité/prix. Rien à redire

    Restaurants   

La Hacienda (Puno) –  28 Soles (7€) – Pizzeria, pas mal de locaux mangent ici et l’ambiance est festive. Ça vaut son prix !

    Transports   

Bus de nuit : Cuzco → Puno – Compagnie Cruz Del Sur64 Soles (16€) (collation inclus)
                    Départ = 22h // Arrivée = 4h30 // Durée = 6h30

   Activités   

Tour de 2 jours du Lac Titicaca avec visites des îles Uros, Amantani et Taquile.
Une nuit chez l’habitant – Lunch et Diner du jour 1 inclus.
Agence : Titicaca Travel Peru (On ne recommande pas ! Y’a mieux c’est sur) – 160 Soles (40€)

 

Prix par personne sauf l’hotêl qui est pour 2  

À noter : Pour le logement, nous étions en mode confort correct car en voyage de 3 semaines. Si vous êtes en Tour du Monde, il est largement possible de faire moins cher ☺ 

 

Vous pourriez également aimer...

2 commentaires

  1. Avatar
    Gurnel a dit :

    Merci pour ces informations

    1. Les Pigeons Voyageurs

      Aucun problème 😉 Merci pour votre visite et votre commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *