Namibrand & Sossusvlei

Cliquez ici pour accéder directement aux infos pratiques situées en bas de page   

 

   NAMIBRAND RÉSERVE 

 

– Samedi 8 Juin – Debouts à 7h15, c’est la journée où on se lève le plus tôt du séjour. Pas de petit-déjeuner, on s’habille directement car il fait plutôt froid, et attendons Andrew pour la belle visite promise. À 8h00, nous voyons le 4×4 « safari » arriver.  Un groupe de 6 personnes à l’intérieur, auquel nous venons nous ajouter. Son véhicule est spécialisé pour l’observation. Lui conduit, quant à nous, nous sommes sur un espèce de gradin à l’arrière. On ne s’attendait pas à ça, c’est encore mieux que ce que nous avions imaginé. Le temps est radieux et le groupe est plutôt cool, la matinée s’annonce top ! 

 

 

Nous visitons la réserve du Namibrand. Un lieu préservé du tourisme de masse où personne ne peut y accéder par lui-même. Andrew, en tant que garde-savanier, est le seul de la région à posséder des campsites sur ce site. Il prévoit également des visites privées pour ses quelques clients. Nous sommes donc 8 privilégiés par jour à visiter cet endroit. Andrew est très flexible, il nous dit de ne pas hésiter à l’arrêter lorsqu’on veut prendre des photos. Il s’arrête de lui même dès qu’il nous voit dégainer les objectifs. À la recherche d’animaux, il sort ses jumelles régulièrement, et nous apporte également des explications sur les traces de pas dans les dunes. 

 

 

Il arrive a définir plein d’informations sur l’animal qui est passé par là, en fonction de la trace qu’il laisse dans le sable. Par exemple, des traits fins entourés de traces de pas, indique qu’un oryx est passé par là,  en laissant traîner sa queue. Elles nous indiquent également qu’il marchait tranquillement et se sentait en sécurité, non menacé par un félin. Si les traces de pas traînent, cela indique que l’Oryx âgé. Il apporte également des explications sur ces arbres étonnamment verts, dans ce paysage désertique et aride : ils ont des racines allant très en profondeur pour prendre l’eau directement sous terre, dans les nappes phréatiques. 

Cette sortie, qui s’avère pédagogique et très interessante, est tout aussi magnifique. Les paysages sont exceptionnels. C’est un des plus bels endroits de la Namibie. Le désert sableux et sa végétation donne un mélange de couleur jaunes-orangés superbes. 

 

 

Nous voyons des dizaines et des dizaines d’oryx, qui se laissent facilement prendre en photo. Ils sont hyper photogéniques. Magnifique pelage, et la tête tourné vers nous, sous leur meilleur profil. Le plein d’émerveillement pour les yeux.

 

 

Nous voyons également quelques zèbres de montagnes. Ils sont plutôt rares et on les retrouve en général au sud de la Namibie, dans les montagnes. Plus de deux heures et demie de bonheur plus tard, nous revenons à notre camp, très contents. Les souffrances de la veille pour trouver cet endroit ont été gommées par cette superbe matinée. 

 

 

À peine sortis de la Namibrand, nous croisons des « Batfox », renards aux oreilles rappelant celles des chauves souris. Ils sont très peureux, et difficiles d’approche. Nous prenons la route direction Sesriem. Une journée moins chargée en route puisque nous arrivons 2 heures plus tard. Nous avons la chance de voir une nouvelle fois 2 zèbres de montagnes, et d’en approcher un d’assez près.

 

 

Plus nous remontons vers le nord, plus les animaux se multiplient. À l’approche de Sesriem, nous croisons une armée de springboks ! Plus de 20 springboks avec leurs bébés, juste au bord de la route, le top !

 

En route pour Sossusvlei

Maintenant, direction le Canyon de Sesriem. Moins impressionnant que celui du Fish River Canyon, il reste néanmoins très agréable à visiter, car nous pouvons nous rendre au cœur de celui-ci. 

 

En route pour Sossusvlei : CanyonEn route pour Sossusvlei : Canyon

En route pour Sossusvlei : CanyonEn route pour Sossusvlei : Canyon

 

Nous nous installons ensuite au pieds de Élim Dune, où nous dégustons, nos fabuleux, et délicieux sandwichs. On vous conseille de grimper au top de la dune, la vue d’en haut y est splendide. Nous sommes seuls, le calme règne. C’est très agréable. D’en haut, nous observons un troupeau d’oryx s’approcher de notre voiture. Nous redescendons discrètement mais ils sont très peureux et s’éloignent au fur et à mesure que nous nous approchons. On décide de rejoindre notre prochain campsite, car on ne sait pas où il se trouve et on a pas envie de revivre les expériences de la veille.

 


 

En se renseignant auprès de locaux, nous apprenons que le campsite est loin, environ 60km.  En plus,  il faudra faire la route inverse le lendemain. C’est un des rares endroits que nous avions réservé en avance car les places se font rares pour se loger à Sesriem, qui est le point de départ pour Sossusvlei. La réservation ne coûtait pas très cher. On décide de la sacrifier, pour tenter de trouver une place dans un campsite à 2km de de l’entrée du parc pour Sossusvlei où nous irons demain. C’est parfait ! Le campsite a de l’eau chaude, ce qui a été rare jusqu’à maintenant, de l’électricité, et une piscine (bien frâiche). Bref, tout ce qu’il nous fallait ! Le choix de renoncer à l’autre camping a été très bon. L’argent perdu de la réservation compense largement l’essence que nous aurions utilisée. Pigeons pas trop pigeonnés sur ce coup ! 

 

 

On s’installe tranquillement, et on savoure tous ces petits conforts. On en profite même pour laver l’intérieur du 4×4 qui était devenu marron-gris de poussière. Cette journée se termine avec un pâtes-sauce tomate, digne d’un grand chef, des parties de Uno, et un fou rire qui me prend quand j’aperçois une corne qui commence à pousser sur le front de Marie, en lui disant “Je ne pensais pas voir un rhino aussi tôt !” RI-GO-LO. Il ne s’agissait en fait que d’une piqûre de moustique ! Et maintenant, hop, au dodo. Un joli programme nous attend demain ! 

 


 

   SOSSUSVLEI 

 

– Dimanche 9 Juin –  Ce matin, c’est plutôt chill. On prend notre petit-déjeuner avec le lever du soleil. On reprend une petite douche chaude, et c’est beaucoup trop rare pour ne pas en profiter. Nous partons ensuite direction Sossusvlei. 

Minute culture : Sossusvlei est un désert de sel et d’argile dans le désert du Namib, plus vieux désert du monde. Sossusvlei était anciennement un lac, qui a desséché. Il est reputé pour ses acacias pétrifiés, que l’on retrouve souvent sur les plus beaux clichés de Namibie. 

Autour de Sossusvlei, il y a plusieurs points de vue pour admirer les dunes. Il nous faudra 65 kilomètres de route pour se rendre au point principal. Sur la route, nous voyons de nouveau Elim Dune et la Dune 45, les plus hautes dunes du désert de Namib. Nous prenons une navette pour les dix derniers kilomètres. La route étant complètement ensablée, il est inutile de tenter de s’aventurer par soi même, au risque de rester bloqué dans le sable. 

 

Sossusvlei

 

Au pied des dunes de Sossusvlei, nous remarquons deux groupes. D’un côté les personnes âgées, les chinois et les féneants qui prennent le chemin plat, les PF donc.. encombrés de monde. De l’autre, quelques aventuriers qui grimpent vers les sommets des dunes pour observer l’ancien lac d’en haut. On choisit sans hésitation la Team Warriors. Nous commençons à grimper en haut de la dune. Les vues d’en haut sont superbes mais le prix à payer est une longue marche dans le sable sous 35 degrés.. Parce que oui, nous avons eu la bonne idée de partir un peu plus tard pour ne pas nous retrouver avec trop de touristes le matin, sauf que maintenant le soleil est à son zénith.. Bonne idée ça… grougrou ! 

 

Sossusvlei

 

Nous apercevons la dune Big Daddy, la plus haute dune de Namibie, haute de 425 mètres. Nous entamons l’ascension vers celle ci. Elle parait si près mais elle est très loin. Dans le désert, les perspectives paraissent plus petites que ce qu’elles sont en réalité. Chaque pas vers l’avant, nous reculons de moitié dans le sable. C’est long, il fait chaud, et nous n’avons pas d’eau à l’infini. Après 3 heures de montée, nous nous stoppons légèrement avant le sommet de la dune. La vue est déjà extraordinaire,  et nous nous contenterons largement de ça. C’est vraiment physique comme montée. Il faut la tenter si vous arrivez tôt le matin, quand il ne fait pas encore trop chaud. 

 

SossusvleiSossusvlei

 

Sossusvlei

Sossusvlei

Sossusvlei

SossusvleiSossusvlei

 

On voit l’immense lac asséché de Sossuvlei aux pieds de la dune. Nous avons juste à descendre Big Daddy pour y accéder. On se laisse dévaler la pente ensablée, pieds nus. La sensation est géniale et nous descendons en moins de 3-4 minutes, ce qu’on avait mis 3 heures à monter. Le lac rappelle le désert de sel en Bolivie. Une immense étendue de plaques blanches. Au milieu du lac, quelques acacias pétrifiés (du moins ce qu’il en reste) sont là et le temps semble s’être figé. Un beau tableau se présente devant nous. Le bleu du ciel, est coupé par la dune orange, elle même coupée par le blanc du lac. Ces 3 bandes de couleur sont absolument parfaites, et splendides à regarder.

 

Sossusvlei

Sossusvlei

Sossusvlei

 

Après cette marche éprouvante, nous revenons à notre 4×4 via une navette conduit par un chauffeur qui se croit dans un rallye. Nous entamons la route direction notre premier lodge ! Les lodges en Namibie sont très chers. Nous avons choisi d’en prendre trois pendant le séjour. Ça nous permet de faire une pause confort au 1er tiers et au 2e tiers du voyage, plus un bonus. 1h30 de route plus tard, nous sommes accueillis dans un domaine au milieu de nulle part. L’endroit est superbe ! Autour de la réception : zèbres, gnous et antilopes se promènent.

 

   WE KEBI SAFARI LODGE 

 

 

Une française actuellement en stage ici, nous accueille et nous propose des activités organisées par la lodge. Parmi elles, une retient notre attention : un drive de 2h (de 17h à 19h) dans lequel on aurait la chance de voir des Rhinocéros blancs ! 

Minute RMC Découverte : Le rhinocéros blanc est une espèce menacée d’extinction. Elle est divisée en deux sous-espèces : rhinocéros blanc du Nord et rhinocéros blanc du Sud. La sous éspèce du Nord a récemment disparu puisque le dernier mâle s’est éteint en 2018 et seules deux femelles sont encore en vie. La sous éspèce du Sud compte encore quelques milliers d’individus. 

Dans la région, deux rhinocéros blanc du sud sont sous protection, un mâle et une femelle. Ils sont protégés dans un espace qui leur est uniquement dédié. Le but étant d’augmenter leur reproduction pour maintenir l’espèce. Nous n’hésitons pas une seconde puisque le rhino est un des animaux que Nicolas souhaite absolument observer. 

Avant de commencer le safari, nous récupérons les clés de notre lodge et partons poser nos affaires. Notre petite maison est absolument somptueuse. Nous sommes sous le charme. Après 6 nuits dans la tente du 4×4 où le confort est amoindri, ici c’est le grand luxe ! 

 

        

 

Le safari de 2h commence, nous partageons l’expérience avec deux belges, et la pilote-guide namibienne. Nous voyons plusieurs animaux sur la route. D’abord l’antilope la plus grande d’Afrique. Très impressionnante mais moins joli que les antilopes que l’on a l’habitude de voir !

 

 

Nous voyons ensuite une autruche et quelques springboks. Nous continuons de visiter cette belle réserve et tout d’un coup les deux rhinocéros débarquent à toute vitesse ! Incroyable ! Je suis comme un gamin (Nicolas) ! Cet animal est vraiment fascinant. On les voit se taper des petits sprints, leur vitesse est incroyable quand on sait le poids qu’ils font. La puissance de leurs mouvements est impressionante.

Nous restons une demie-heure à les observer. Ils semblent contents d’avoir un peu de visite. C’est un moment vraiment magique. Les deux rhinos se chamaillent parfois entre eux et se mettent des coups de cornes, normal. La reproduction ça ne sera pas pour ce soir du coup. Le zèbre qui traîne avec eux n’arrange rien puisqu’il vient les taquiner. On sent qu’il est là juste pour venir les embêter. Quand il les chauffe un peu trop, les rhinos se mettent à le charger, le pourchasser, le zèbre fait moins son malin. Un bout en train ce petit zèbre. Zebulon !

 

 

Nous admirons ensuite le coucher de soleil, une bière à la main. Une girafe vient se fondre dans le décor. Elle est marrante car elle essaye de se camoufler et nous regarde en penchant la tête derrière un arbre. 

 

 

Après ce superbe safari nous revenons à la lodge où un dîner (inclut dans le tarif) nous attendait. Au menu : Petite salade fraîche tomates-concombres en entrée, suivit d’oryx cuisiné façon bœuf-bourguignon, avec ses petits légumes. Et enfin en dessert, une poire au vin avec de la crème chantilly. Le tout accompagné d’un vin sud-africain. Miam Miam

 


U
n véritable délice ! Surtout quand on mange du riz et des pâtes depuis 7 jours. Rien que d’en parler ca nous redonne faim, pas vous ? Notre pause confort est un succès. Nous profitons également d’un bon wifi, plus rare que l’or en Namibie. Nous donnons des nouvelles aux proches avant de rejoindre notre maisonnette. 

Pendant que Marie prend sa douche, j’entends un bruit près de la porte. Je m’approche, et vois un reflet de zèbre. Je me rends compte que ce n’est que le reflet du tapis au sol. En regardant de plus près, il y a bien un zèbre derrière la porte vitrée. Il est en train de se gratter les fesses à 2 mètres de nous. Vraiment très marrants ces zèbres. J’aimerais bien avoir un pote zèbre. Après la douche chaude avec des savons qui sentent trop bons, nous rejoignons nos lits douillets pour une nuit confortable. Un repos bien mérité avant l’Olive Trail qui nous attend le lendemain. 

 

 


   
LES INFOS QU’IL TE FAUT   

 

    Hébergements   

Sossus Oasis Campsite
(Sesriem) – 352 N$ (22€)
Campsite avec Eau + électricité + Douche commune (Eau chaude).
Super rapport qualité prix à proximité du départ pour les dunes de Sossusvlei. 

1h de Sesriem – We Kebi Safari Lodge3040 N$ (190€)
Superbe Lodge – Confort maximum – Diner et breakfast inclus – Excellent

    Transports   

Agence Autovermietung Savanna : 4×4 Toyota Double Cabine avec Tente sur le toit
Prix : 18280 N$ (1150€) pour 19 jours – Soit 960N$/jour (60€) – Soit 30€/jour/personne
Avec les options Satellite Téléphone (recommandé en cas d’urgence) 

+ GPS (inutile en Namibie, il y a peu de routes, une carte vous suffira largement)
Vous pourrez économiser 4€ par jour en supprimant le GPS

 

  Essence   

1600 N$ (100€) par plein (120L de réserve) – 1 plein fait tenir quasiment 1000km

   Entrées Parcs & Activités   

Namibrand Reserve : 448 N$ (28€)
Le prix est élevé pour que peu de monde y passe. Mais ça vaut vraiment le coup. C’est un lieu magique et sauvage.
Namib National Park : 80 N$ (5€) / personne + 15N$ (1€) par véhicule
Entrée pour Sossusvlei + canyon + les dunes 

 

Prix par personne sauf les campings et lodges qui sont pour 2    

Vous pourriez également aimer...

4 commentaires

  1. Avatar
    poinboeuf says:

    En effet superbe voyage et pays, ayant fait à peu près le même parcours en autonome sur 23 jours, avec ma femmes
    Vol en ballon sur SESRIEM un peu cher mais magique!
    En effet la montée pour big Daddy est assez hard mais faites sans trop de difficultés pour un routard de 63 ans!!!(il est vrai que le marathon et le tri aident!!)
    Ensuite on a continué du Cap au Mozambique pour terminer Johannesburg ( 6000 km de plus !) puis Réunion et Maurice avec un peu de job !!!

    Merci pour le superbe reportage photo

    Philippe

    1. Les Pigeons Voyageurs

      Bonjour Philippe,

      Merci pour ton retour sur l’article 🙂
      Ton voyage avait l’air superbe aussi. Le vol en ballon sur Sesriem cela doit être vraiment magnifique !

      Bonne continuation pour tes prochains voyages !

  2. Avatar

    Tes photos font rêver ! ça devait être un voyage vraiment magnifique !

    1. Les Pigeons Voyageurs

      Merci Ava ! Oui ça l’était 🙂
      En espérant qu’on te donne envie d’y aller à ton tour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *