Aus & Luderitz

Cliquez ici pour accéder directement aux infos pratiques situées en bas de page   

 

– Jeudi 6 Juin – Ce n’est pas le chant des coqs qui nous réveille ce matin, mais bien les babouins qui fouillent dans les poubelles. Ils font un boucan pas possible et font leurs courses dans toutes les poubelles des campeurs. Petit déjeuner englouti, nous filons sur la route. L’itinéraire du jour nous mènera jusqu’à Aus. Environ 330km pour 4h de trajet. Dès le départ, nous voyons de nouveau une bande de babouins se promenant sur les cotés de la route. 

 

 

Nous quittons la Fish River pour laisser place à la Orange River. Elle sert de frontière entre la Namibie et l’Afrique du Sud. Cette fois, il y a vraiment de l’eau. Le paysage change radicalement, il y a plus de végétation et nous observons de nouvelles espèces d’oiseaux. Pendant 60km, nous longeons cette rivière, avec comme vue de l’autre côté du rivage : l’Afrique du Sud. 

 

 

Nous remontons progressivement vers le nord et les paysages se succèdent. Des petites montagnes de rock, des déserts jaunes et secs. Puis, des déserts avec un peu de végétation, pour aller progressivement vers la savane et son sable plus orangé. En une centaine de kilomètres, nous avons vu plein de panoramas différents. Cela montre la richesse de ce pays. Tellement de paysages diverses, tout aussi beau les uns que les autres. 

 

 

Pause pour notre traditionnel lunch, sandwich au menu. Nous arrivons très vite à Aus et le campiste est facile d’accès. L’entrée est très belle, ça ressemble un peu à un ranch. Deux oryx sont là pour nous accueillir.

 

 

Une centaine de mètres plus loin, nous arrivons sur le lieu exact pour camper. L’endroit est au pied des montagnes rocheuses, on y voit même un chemin pour y accèder. Nous installons le camp puis mettons nos chaussures de marche pour suivre ce chemin. On se rend compte que c’est un mini trail. Nous l’entamons sans hésitation. En 40 minutes nous sommes au sommet, avec une vue surplombant les alentours. 

 

 

 

Le soleil se couche progressivement et nous pouvons profiter d’un paysage grandiose. Un coucher de soleil digne du Roi Lion. En redescendant, le ciel laisse appaître des nuances de bleu et rose. La montagne vient entrechoquer ce mélange de couleurs, qui donne un nouveau spectacle de la nature. 

 

 

Nous revenons en bas, puis nous partons nous doucher. L’eau est chaude alors nous en profitons au max, c’est rare ! Un petit rougail saucisse Namibien comme dîner avant d’aller se coucher. Oui on mange souvent la même chose mais c’est ça le camping !

 


 

   LÜDERITZ 

 

– Vendredi 7 Juin – Un jour pas comme les autres commence. Nous ne le savons pas encore, mais cette journée va être chargée en émotions. Oui on vous fait un peu de teasing. Ça ne fait pas de mal.  Nous partons du magnifique campsite d’Aus, pour prendre la route vers Lüderitz. 

 

 

Sur le chemin, nous marquons une étape à la ville de Kolmanskoppe, où plutôt l’ancienne ville. 

Minute culture : il fut un temps, Kolmanskoppe s’organisait autour de l’exploitation de diamants. Après avoir trouvé de nouveaux spots plus prolifiques, la ville a été abandonnée et est donc maintenant une ville fantôme. Le sable et les dunes ont repris leur droit et ensevelissent tout ce que l’être humain avait construit. Maisons, Gare, Boulangerie, tout a été recouvert par le sable, qui traverse les fenêtres, pourtant à 1m de haut. 

 

Kolmanskoppe, près de LüderitzKolmanskoppe, près de Lüderitz

 

L’ambiance qui y règne est assez glauque et pesante. Même s’il n’y a pas eu d’événement tragique ou de morts, voir une ville fantôme provoque une sensation assez étrange. Néanmoins, la rencontre entre la nature et « l’urbanisation » rend le site très joli. 

 

Kolmanskoppe, près de LüderitzKolmanskoppe, près de Lüderitz

Kolmanskoppe, près de LüderitzLüderitz

 

Après cette riche visite, nous nous retrouvons très vite à Lüderitz. Une petite ville charmante aux maisons à l’architecture typique germanique, de la fin du XIXème siècle. Un style que l’on retrouve dans plusieurs villes namibiennes mais qui est très marqué ici, à l’image de son église.

 

LüderitzLüderitz

 

Nous en profitons pour retirer de l’argent car les banques ne sont pas à tous les coins de rue en Namibie. Nous mangeons dans un petit bar/restaurant à l’angle d’une rue. Lüderitz se trouve sur la côte pacifique, Marie prendra donc la spécialité locale qui est la langouste ! Nicolas prend un burger poulet et bœuf, ça change de nos sandwichs quotidiens. 

 

LüderitzLüderitz

 

Les panses pleines et après une balade en bord de mer, nous quittons Lüderitz pour attaquer ce qui sera, en théorie, le plus long trajet du voyage. 380km pour 5 heures de route environ, s’il n’y a pas de problème… Sur la route, nous voyons beaucoup d’autruches. On nous avait prévenus : “À force vous finirez par vous lasser des animaux que vous verrez souvent”. Difficile d’y croire, mais on l’avoue, on commence à snober les autruches. On en a déjà vu un paquet, envoyez nous des nouveautés !!!

 

Lüderitz

 

Après avoir passé Aus, nous empruntons une route en terre. Il en est terminé du goudron pour pas mal de temps. Les chemins sont durs à pratiquer et nous devons passer le 4×4 en mode 4 roues motrices. La poussière s’accumule dans la voiture au point que ça en devient irrespirable, pratique avec une allergie. Heureusement, nous avons trouvé une technique qui nous fait survivre : la petite lingette pour bébé posée sur le nez. Cette méthode n’est absolument pas validée par la police du style, on a l’air con. Mais nous préférons respirer un produit légèrement chimique plutôt que cette horrible poussière.

L’intérieur de la voiture devient gris. Nous avons néanmoins la chance de croiser de nouveaux animaux. Un renard fait son apparition, puis des kudus mâles et femelles déambulent à l’horizon, suivis d’un superbe troupeau d’oryx. C’est la première fois qu’on en voit d’aussi près ! Cet animal est vraiment magnifique, nous sommes ultra fans ! 

 

 

Nous essayons de diminuer les stops « passion animaux » car le temps passe et la route est interminable. Le soleil s’abaisse petit à petit. Il est maintenant face à nous, ce qui rend la conduite difficile, surtout quand vous avez un pare-brise couleur poussière. Nous devons rejoindre un camping privé de la Namibrand réserve. C’est le seul campsite qui est situé au sein même de la réserve. Il n’est pas indiqué (ou très mal), on ne le trouve pas. Le soleil se couche, le temps presse, et pas de campsite à l’horizon. La tension s’installe. Le paysage est magnifique mais nous n’avons plus le temps pour les photos. Bon une petite quand même parce que c’est vraiment très très joli. 

 

 

On aperçoit une petite ferme, à laquelle nous nous arrêtons pour demander notre chemin. La jeune fermière locale a l’air d’être habituée aux touristes perdus cherchant cette adresse. Elle nous indique le chemin. Visiblement, nous avons passé notre destination depuis un moment. Ô misère.. nous avons raté « la sortie ». Demi-tour, le soleil disparait. On est un peu stressé car il est vraiment déconseillé de rouler de nuit. Les animaux vagabondent partout dès que la pénombre s’installe. 

 

 

Nous perdons tous les deux notre patience mais restons concentrés pour ne pas rater de nouveau notre chemin. Je relis les mails d’indication du camping, dans lequel je trouve les coordonnées GPS. Je les rentre dans le GPS et elles correspondent avec les indications de la fermière, alléluia ! C’est bien la seule fois où ce GPS aura servi à quelque chose. La route est impraticable de nuit, et les animaux sont de sortis. Nous croisons la route de plusieurs antilopes ! Nous sommes parfois nez à nez avec elles. On aurait préféré que ça arrive de jour mais ça restera un souvenir sympa.

Nous retrouvons la fameuse sortie que nous avions ratée, qui est en fait une barrière à ouvrir, menant sur un autre chemin. Il fallait la voir ! Je descends de la voiture pour ouvrir la barrière. Un 4×4 nous suivait depuis plusieurs kilomètres, bizarre à cet endroit. Nous restons sur nos gardes. Le namibien arrive à ma hauteur, et se présente « Andrew ». Je tilte tout de suite ; en repensant à la conversation avec la fermière ; c’est le propriétaire de notre cambiste ! 

 

 

Nous sommes sauvés, enfin sur la bonne route ! Il nous indique le reste du chemin, et nous propose également de faire une sortie dans la réserve demain matin. Le programme a l’air bien cool ! Il nous emmènera dans un endroit où personne ne peut accéder, et encore moins des touristes, du moins pas par leurs propres moyens. En tant que « garde-savanier », Andrew peut se déplacer n’importe où dans la réserve et emmener les personnes qu’il souhaite avec lui. Nous ne pouvons qu’accepter cette proposition ! Heureux comme des enfants à Disney ! 

Quelques minutes après cet ascenseur émotionnel, nous arrivons enfin au camp. Le campsite est ensablé et le 4×4 patine ! On galère à installer la voiture dans le sens que l’on veut. On réussit finalement à installer le camp de nuit. Notre expérience acquise nous le fait faire machinalement sans trop de difficulté. Épuisés de cette journée, nous mangeons des sandwichs à l’arrache. Une gerbille du désert se joint à nous et nous suit partout ! J’ai un peu peur qu’elle me morde (Nicolas). On est jamais à l’abri d’une maladie à la con. Je ne suis pas hypocondriaque mais il vaut mieux rester prudent.

Du coup, nous mangeons sur l’arrière du 4×4 pour pas que la gerbille nous atteigne. On vous laisse imaginer la scène. Se faire victimiser par une gerbille c’est un peu la honte on l’avoue, mais ça nous a bien faire rire ! Après ce dîner express, nous partons nous coucher. Des bruits inhabituels s’agitent autour de la tente. Nous ressortons faire un dernier tour et rajouter les 2-3 sardines que nous n’avions pas installées. Finalement, c’était le vent et la psychose. Cette fois il n’y a plus de bruit, fin de cette journée interminable. Nous avons hâte d’être demain pour découvrir la Namibrand !

 


   
LES INFOS QU’IL TE FAUT   

 

    Hébergements    

Klein-Aus Vista Desert Horse Campsite (Aus) – 288 N$ (18€)
Campsite avec Eau + Douche commune (Eau chaude). Pas d’électricité mais le prix et le lieu en valent la peine !
NamibRand Family Hideout (Namibrand Reserve) – 768 N$ (48€)

Campsite privé avec eau + electricité + Douche privée (Eau Tiède).
C’est un peu cher mais c’est le seul moyen de dormir dans la réserve Namibrand.


 
Transports   

Agence Autovermietung Savanna : 4×4 Toyota Double Cabine avec Tente sur le toit
Prix : 18280 N$ (1150€) pour 19 jours – Soit 960N$/jour (60€) – Soit 30€/jour/personne

Avec les options Satellite Téléphone (recommandé en cas d’urgence)

+ GPS (inutile en Namibie, il y a peu de routes, une carte vous suffira largement)
Vous pourrez économiser 4€ par jour en supprimant le GPS

 

  Essence   

1600 N$ (100€) par plein (120L de réserve) – 1 plein fait tenir quasiment 1000km


 
 Restaurants  
 


Cosy Corner Coffee Shop
(Lüderitz) – 210 N$ (6.5€) – Lunch + Boisson
Bon rapport qualité prix. Les proprios sont sympas. On recommande !


 
  Entrées Parcs &
Activités   

Kolmanskoppe =  N$ (€) par personne + N$ ( €) par véhicule

 

Prix par personne sauf les campings qui sont pour 2 

 

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *