Sucre, La Ciudad Blanca

Cliquez ici pour accéder directement aux infos pratiques situées en bas de page   

 

 – Dimanche 1er Juillet 2018 – Déjà deux semaines que nous sommes en Amérique latine. Il est 5h30, nous sommes déjà prêts à prendre l’avion. Nous arrivons plus tôt que prévu à l’aéroport, car la circulation était fluide et le chauffeur ne tenait pas compte des feux rouges. En avance à l’aéroport, nous attendons donc 2h. Le vol passe vite et nous voilà à Sucre. On récupère nos valises puis on négocie vite fait un taxi pour aller en ville. 

Minute culture : Capitale constitutionnelle du pays, Sucre est surnommée « La ciudad blanca » : la ville blanche. Et pour cause : tous les bâtiments sont littéralement d’un blanc pur. 

 

Sucre

 

On se demande la fréquence à laquelle sont repeints les bâtiments. Ce type de bâtiments en France deviendrait jaune au bout d’un an à cause de la pollution. Avant de visiter cette merveilleuse ville, notre mission est de trouver un bus pour Tupiza avec un départ le soir pour arriver à l’aube. C’est un des rares trajets que nous n’avons pas anticipés car il était difficile de trouver des informations.  On se renseigne auprès d’une agence de tourisme pour savoir où aller. Ils n’ont pas l’air d’en savoir plus que nous, et sont surtout très occupés à jouer au Uno. Si vous avez besoin de rien c’est l’endroit parfait. Merci pour votre aide les gars !

 

    Sucre   

 

Sucre        Sucre

 

On se dirige donc vers la gare routière, à l’autre bout de la ville, avec tout notre attirail sur les épaules. La gare routière grouille de stands. Ils réunissent à eux tous, toutes les destinations possibles en Bolivie. Finalement, on s’est mis du stress pour rien. Nous trouvons facilement un bus faisant Sucre-Tupiza à 20h avec une arrivée à 4h30. C’est parfait ! Il est midi, on se trouve donc un petit resto pas trop loin car nous étions morts à force de marcher avec le poids des sacs. 

On prend le même plat un peu au hasard car il n’y a pas beaucoup de choix. Un gros sandwich avec du pain sec et une viande bien sèche à l’intérieur. On en mange que la moitié tous les deux, et on reste dans le resto regarder un match comme nous avons du temps. 

 

SucreSucre

 

Nous prenons ensuite le temps de visiter cette belle ville de Sucre. Avec un ciel bleu, les bâtiments blancs ressortent encore plus. C’est vraiment magnifique. La ville n’est pas très grande et une journée suffit largement pour tout visiter. 

Marie commence à se sentir hyper mal. Nous revenons donc au restaurant pour se poser. Difficile de trouver un endroit sans bruit et sans odeur de friture. C’est le seul endroit à peu près convenable à ce niveau. L’heure défile puis on repart ensuite vers la gare routière attendre notre bus.

 

SucreSucre

 

La gare grouille de personnes avec des comportements étranges, de mendiants, personnes alcoolisées, etc. On s’assoit à un endroit où il n’y a pas trop de gens louches. Je préfère ne pas dormir, pour garder un œil sur ce qui se passe autour. Le temps passe et l’heure pour notre bus arrive, nous devons payer une taxe de voyage avant de monter dans le bus (fréquent en Bolivie, et ça s’applique à tout le monde). Un jeune homme étrange nous suit partout en disant des trucs qu’on ne comprend pas. À un moment, il commence à toucher le sac de Marie. Je le pousse légèrement pour lui faire comprendre qu’il arrête son petit manège. Il comprend et s’en va. 

On embarque dans le bus, et on s’allonge puisque les sièges le permettent. Difficile de s’endormir au début du trajet, des dizaines de vendeurs montent dans le bus pour vendre tout et n’importe quoi : recharge de carte Sim, chewing-gum, etc. Puis, des passagers boliviens font un bruit pas possible : ils parlent fort, laissent le son de leur téléphone à fond et la luminosité au Max. Que du bonheur ! On a tenté 2-3 soupirs pour faire comprendre que c’est un peu gênant mais en vain. Nous semblons être les seuls agacés par cette situation. Le savoir-vivre n’a pas sa place en Bolivie mais cela semble normal pour tout le monde donc on s’adapte et on encaisse les nuisances externes. On finit par s’endormir quand même. La prochaine fois qu’on ouvrira les yeux ce sera à Tupiza ! 

 


   
LES INFOS QU’IL TE FAUT   

 

    Hébergements    

Hôtel Sagarnaga
(La Paz)– 240 Bolivianos (30€) – Bon rapport qualité/prix. Rien à redire

    Transports   

Avion
: La Paz → Sucre – Compagnie BOA – 352 Soles (44€)
           C’est pas trop cher et ça vous évite 11h de bus
           Départ : 9h10 // Arrivée : 10h10 // Durée = 1h00


Prix par personne sauf l’hotêl qui est pour 2 

À noter = Pour le logement, nous étions en mode confort correct car en voyage de 3 semaines. Si vous êtes en Tour du Monde, il est largement possible de faire moins cher ☺

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *