Windhoek & le Désert Kalahari

Cliquez ici pour accéder directement aux infos pratiques situées en bas de page   

 

 – Samedi 1er Juin – Le grand départ, pour la Namibie est arrivé ! Mais aujourd’hui nous dépendons de plusieurs aspects logistiques et ne partons pas l’esprit hyper serein. Pour rappel, Marie est hôtesse de l’air et bénéficie de quelques avantages concernant les billets d’avion, dont je bénéficie également, et ce, pour mon plus grand bonheur ! Revenons aux aspects logistiques donc : pouvoir monter dans l’avion s’il reste de la place (la possibilité d’être surclassé serait un bonus), et la non réception de nos permis internationaux à temps, voilà nos préoccupations. Néanmoins, nous prenons le temps de préparer tranquillement nos affaires et d’acheter les dernières choses dont nous avons besoin pour le voyage. 

Nos 2 sacs sur les épaules, nous arrivons à 20h30 à Roissy pour de nouvelles aventures. À l’enregistrement pour Johannesburg (notre premier vol), il reste beaucoup de places et nos billets sont validés. Première bonne nouvelle, même si ce n’est pas trop une surprise. Après avoir passé tous les contrôles, nous attendons sagement l’embarquement. Aux alentours, une horde de gosses se promène dans les parages. On le sait, ils sont pour notre avion. Un classique.

À l’embarquement, Marie prévient l’équipage que nous sommes des voyageurs “spéciaux”. Le chef de cabine semble très gentil et ravi des chocolats que nous avons apportés à l’équipage. Il nous demande de patienter sur le côté. 10 minutes plus tard, une fois que tous les passagers sont montés, il nous montre sur sa tablette les places disponibles et nous dit « vous pouvez vous installer ici et ici ». Nous acceptons volontiers, puisqu’il nous place en business class (Je vous raconte pas les étoiles dans les yeux de Nicolas, un véritable enfant). Le bonheur : sièges allongeables à 180 degrés, grand écran, coupe de champagne, un repas digne d’un restaurant, un service aux petits soins, et surtout ni le bruit des enfants, ni les secousses de sièges des autres passagers. Le confort absolu. Ça commence fort ce voyage !

 

 

– Dimanche 2 Juin – Sûrement le meilleur vol de notre vie : entre deux repas et à peine le temps de regarder un film, nous avons pu placer 8h de sommeil sur 10h de vol. Du jamais vu. Après ce merveilleux trajet, notre deuxième mission commence : ne pas rater le second avion. Nous avons seulement 2h de battement entre les deux vols. Il faut passer la douane, récupérer nos backpacks et s’enregistrer de nouveau. Être efficaces donc.

Finalement, les planètes sont alignées : 20 minutes d’avance sur notre premier vol, un passage de contrôle plutôt rapide et les sacs qui arrivent direct ! Nous traversons les 2 terminaux pour nous enregistrer, puis les contrôles. Il nous reste une heure avant le prochain vol, large ! Un stress de moins. Le vol Johannesburg – Windhoek, ce n’est pas la même histoire : retour en classe économique, mais pour 2heures de vol, ça devrait le faire. Première fois que nous volons avec British. Des sièges vieillissant, un repas standard, rien de particulier pour cette compagnie. On a vu pire, on a vu mieux !

 

Windhoek

 

À 14h00, nous atterrissons à Windhoek, l’aventure commence. Enfin.. c’est sans parler des 45 minutes interminables pour le contrôle du passeport. Les gens ne sont pas prêts, et les contrôleurs ont le temps ! Le combo des deux laisse place à une attente sans fin. Marie passe avant moi. Le temps que le contrôleur vérifie mon passeport, elle a déjà eu le temps de récupérer les sacs. Nous nous dirigeons vers la sortie et trouvons facilement le chauffeur qui assurera notre transfert au premier Campsite. Nous prenons le temps de changer l’argent à l’aéroport. On vous conseille de le faire ici car les banques ne courent pas les rues, puis le taux est plus avantageux à l’aéroport. Nous revenons vers notre chauffeur, et partageons le trajet avec un couple suisse. Le chauffeur nous donne quelques infos intéressantes sur la Namibie. 

Minute Culture : 11 langages sont parlées en Namibie. La langue commune est l’anglais. Si deux Namibiens ne se connaissent pas, ils commenceront forcément par se parler en anglais. Un namibien qui s’adresse à un autre, par un dialecte different du sien, pourrait l’offenser ! 

 

Windhoek

 

Le chauffeur dépose le couple suisse à l’office de l’agence de 4×4 où nous irons le lendemain. Pour nous, la première étape s’arrête à Urban Camp. Un camping pré-aménagé. Le cadre est vraiment sympa et nous plonge dans l’ambiance namibienne. Notre chambre est en faite une tente améliorée (un peu comme celle de Frank Dubosc dans Camping, mais sans le Benco), avec deux lits simples, un chevet et un tapis. Il y a également un ventilateur. La meilleure phrase du jour est attribuée à Nicolas : « c’est cool qu’il y ait un ventilateur si on a chaud cette nuit ». Nous y reviendrons. 

On laisse nos affaires, pour repartir en ville et profiter des deux dernières heures de jour. Nous avions entendu parler d’un bar réputé à Windhoek : Le « Joe’s bar » sur la carte ça semble à côté. La réceptionniste nous indique le chemin à prendre et nous dit que ça prend environ 20 minutes à pieds. 8 minutes plus tard, nous sommes assis au bar. Un peu marseillaise sur l’estimation du temps. Nous sommes de bons marcheurs mais pas à ce point là. 

 

WindhoekWindhoek

 

Le bar est très sympa, le cadre totalement dans l’ambiance Afrique + Western. Bois, huttes africaines et recyclage de vieux objets s’assemblent pour une belle décoration. On se prend des rafraîchissements et un plat local : (les Vegan vous pouvez passer au paraghaphe suivant, désolé) une brochette d’un mix de viandes : Kudu, Oryx, Springbok, Zèbre, Poulet. Accompagné de sauce chili et de maïs, un vrai délice ! 

 

Windhoek

 

Nous revenons à notre tente de luxe. Place à la douche, plutôt chaude, on ne s’y attendait pas ! Une remise au propre plus tard, nous partons nous coucher tôt pour être en forme pour les aventures à venir. Progressivement, le froid gagne la pièce. On regarde les températures, il fait en fait 4 degrés la nuit (contre 27 la journée). La disparition du soleil laisse place à une grande fraîcheur la nuit. Heureusement, on s’aperçoit via les prises que nous avons des matelas chauffants ! On est sauvé ! Il ne faudra pas s’y habituer car après, ce sera la tente sur le 4×4, une autre histoire.. En tout cas pour cette unique nuit à Windhoek, ça sera très bien comme ça ! Un fou rire nous prend, en repensant à ma phrase sur l’utilité du ventilateur.. Il ne servira pas cette nuit ! 

 


 

 

♦     LE SEMI DÉSERT DE KALAHARI    

 

– Lundi 3 Juin – Réveil matinal à Windhoek, nous nous préparons très rapidement pour être à l’agence dès l’ouverture et prendre la route dès que possible. Nous remplissons tous les papiers et procédons au paiement. Nous faisons l’état des lieux du 4×4 avant de le récupérer. Le véhicule est immense, équipé de tout un matériel de cuisine pour camper dont nous faisons la check-list avec un guide : chaises, tables, bouteilles de gaz, frigo, sans oublier la tente dépliable sur le toit ! 

 

Windhoek

 

Le guide nous indique comment utiliser les différents éléments du véhicule, dont la mise en place de la tente sur le toit, très important ! Le check-up global prend environ une heure. Nous avons en effet été pointilleux (ok chiants) pour être sûrs de ne pas se faire facturer des surprises dans 3 semaines. Prêts à partir, nous mettons le GPS en marche. Seul hic, il ne trouve pas la première ville, quant à la seconde il ne l’indique pas du tout à la bonne distance comparé à notre carte papier de la Namibie. En temps normal, nous faisons toujours confiance au GPS (coucou Waze), mais là nous sommes sûrs de nous. Du coup, GPS ⇒ OFF,  retour en 1980 avec l’immense, bonne vieille carte papier à l’ancienne et ses routes. 

Notre trajet du jour : 

  • Windhoek → Rehoboth (1h)
  • Rehoboth → Mariental (2h)
  • Mariental → Keetmanshoop (2h) 

Nous passons devant la magnifique église de Windhoek avant de quitter la capitale. Le premier trajet se fait assez vite. Le temps de s’acclimater à la nouvelle conduite. Volant à droite, rouler à gauche, c’est la norme en Namibie. Pas facile de s’y habituer, mais les routes ne sont pas trop encombrées par les voitures. Dès le début du trajet, nous voyons un babouin en train de se nourrir au bord de la route. La faune est là ! Nous sommes excités comme jamais, et  admirons le désert de Kalahari qui nous entoure. Il est reconnaissable par son sable rouge et sa verdure bien verte. Un joli paysage pour commencer l’aventure. Nous franchissons le Tropique du Capricorne. 

 

 

Nous voici dans la ville de Rehoboth. Sur la carte en tout cas, c’est présenté comme une ville. C’est en réalité un grand lotissement de maison typique namibienne. Nous continuons notre chemin jusqu’à Mariental. Sur la route nous faisons quelques stops lorsque l’on voit de jolis paysages, pour prendre quelques photos. Il y a vraiment personne sur la route c’est trop bien ! On se sent déjà seuls au monde. 

À Mariental nous faisons un plein de courses pour nos futurs repas en camping. On remplit notre petit frigo et reprenons la route, mais nos ventres crient rapidement famine. Nous nous arrêtons à la première « aire de repos ». Environ tous les 5kms, une table et 2 bancs en pierres sont disponibles à l’ombre d’un arbre. C’est assez pratique pour les vadrouilleurs en 4×4 comme nous. Il est tard et nous avons peu de temps, nous nous préparons de délicieux sandwichs : Pain complet – Jambon – Mayo – Cheddar. Simple et efficace.

 

 

Après ce rassasiement, nous repartons vers notre destination finale. On accélère un peu le rythme car le soleil tombe progressivement et nous aimerions monter la tente pour la première fois, pendant qu’il fait encore jour. Après avoir parcouru 450km, nous quittons la route pour se retrouver sur un chemin poussiéreux. 30 minutes plus tard, nous arrivons à notre camping Quivertree Forrest Camp, où nous passerons la nuit. Le soleil a disparu et la nuit tombe.

 

 

Nous essayons de monter la tente, tant bien que mal, rapidement, équipés de nos torches de portable (oui pratique..). Mais faute d’expérience, ce n’est pas encore la perfection ! Quelques réglages seront à faire pour la prochaine fois ! Mais pour une première, nous avons mis 25 minutes à monter notre suite nuptiale. Une pause s’impose au calme dans la tente. Avant que la fatigue nous emporte, on se donne du courage et l’organisation se met en place pour manger ! Marie aux fourneaux, moi sur l’installation de la table. Un petit pâtes-cervelas pour ce premier dîner. Cela suffit à notre bonheur. Top Chef Namibie vous n’êtes pas prêts ! 

 

 

Pendant le repas, nous contemplons le magnifique ciel étoilé ! Des étoiles brillantes par milliers, sur un fond bleu nuit intense, c’est spectaculaire ! Difficile d’avoir ce rendu en photos car nous ne sommes pas équipés pour, mais les souvenirs resteront gravés. Nous remballons tout notre petit matériel avant d’aller nous coucher. Difficile de s’endormir rapidement. Une fois la tente fermée, la psychose s’installe, avec tous les petits bruits environnants dont nous n’avons pas l’habitude. En fait, c’est surtout le vent qui secoue la tente. Nous sommes en hauteur, il y a quand même très peu de risque et de danger. Nous nous habituons, et Morphée finit par nous emporter. De magnifiques paysages nous attendent demain ! 

 


   
LES INFOS QU’IL TE FAUT   

 

    Hébergements    

Urban Camp
(Windhoek) – 656 N$ (41€)
C’est le bon endroit pour s’acclimater au mode tente !
Quivertree Forest Camp (Keetmanshoop) – 320 N$ (20€)
Campsite avec eau + electricité + douche perso. Plûtot correct.

    Restaurant   

Joe’s Bar
 (Windhoek) : Dîner copieux + une bière – 240 N$ (15€)
Courses (Mariental) pour 4 jours dans le SPAR  350 N$ (22€)

    Transports   

Agence Autovermietung Savana
 : 4×4 Toyota Double Cabine avec Tente sur le toit
Prix : 18280 N$ (1150€) pour 19 jours – Soit 960N$/jour (60€) – Soit 30€/jour/personne

Avec les options Satellite Téléphone (recommandé en cas d’urgence)
+ GPS (inutile en Namibie, il y a peu de routes, une carte vous suffira largement)

Vous pourrez économiser 4€ par jour en supprimant le GPS.

  Essence   

1600 N$ (100€) par plein (120L de réserve) – 1 plein fait tenir quasiment 1000km – Plusieurs stations à Windhoek

 

Prix par personne sauf les campings qui sont pour 2 

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *