Jerash, Ajlun & Umm Qais

Dans cet article, vous trouverez le récit d’une journée à visiter Jerash, Ajlun et Umm Qais dans le nord de la Jordanie.

 

Cliquez ici pour accéder directement aux infos pratiques situées en bas de page   

 

Mardi 30 Août – 

Nous quittons Amman après 2 journées dont une demie à Salt et c’était vraiment le timing idéal. On a visité tout ce que l’on souhaitait, sans se presser et on a même eu le temps de flâner un peu. Il faut dire que nous avions préparé ce voyage minutieusement. Aujourd’hui, c’est à Jerash que notre troisième journée va commencer.

Jerash ou Gerash ou Gerasa (vous connaissez la chanson en Jordanie, 1 ville : des milliers de possibilités de l’écrire) est le deuxième site touristique le plus visité derrière Petra. Elle est connue pour ses ruines et on vous avoue qu’on a pas mal d’attente sur ce lieu très réputé de la Jordanie. 

Après un petit déjeuner et environ 1h de route depuis Amman, nous voilà sur le site archéologique, à 9h15. On a voulu y aller tôt pour visiter « à la fraîche ». Coup d’œil sur la météo : 34 degrés. Tout va bien, vivement midi qu’il fasse 39. On se tartine de crème solaire sur le peu de peau qu’on laisse visible : bras et bas des jambes. On n’a pas des peaux de British (no offense) mais on préfère jouer la sécurité sous ce soleil de plomb.

 

 

Ici, changement d’ambiance : nous sommes sur un lieu touristique !!! Vous allez nous dire « bah comme à la Citadelle à Amman non ? ». Faux ! Totalement faux, un bon lieu touristique se reconnaît à la pigeonnade organisée. À Jerash, on rentre par un hall de souvenir en tout genre et des vendeurs prêts à vous racketter chaque centime de votre portefeuille. La fête commence dès le premier vendeur, il commence à mettre un chèche sur la tête de Nicolas. Ça tombe bien, il en voulait un. Après une petite discussion, le vendeur en veut 25 Dinars (35€ le chèche au calme). Pigeon expérimenté, la rude négociation commence. Jeu d’acteur de chaque côté « You help me and make my day » #Sansblague VS « I have only 10JD left » le vendeur finit par céder. 2,5 fois moins cher ! On y est, vous le sentez ce moment où vous pensez avoir négocier comme un local mais qu’avec du recul vous vous dites qu’en fait vu la vitesse à laquelle il a lâché on sait que ça vaut même pas 5JD. Pigeon un jour pigeon toujours.
Jordanie 1-0 Pigeons. 

Au moins, Nicolas a maintenant un beau chèche (attendez un peu les photos vous allez voir le local). Dans la foulée, un autre vendeur lui saute dessus pour « remettre mieux le chèche » puis en proposer d’autres ». Début d’agacement car on veut juste visiter les ruines en fait, du coup on rembarre le mec. Son flair lui indiquant qu’il a quand même deux bons pigeons il tente une dernière carte « gift for you », et insiste pour nous donner un magnet. Bien tenté l’appât pour qu’on culpabilise et achète autre chose. On prend le magnet et on trace notre route.
Jordanie 1-1 Pigeons voyageurs. Mamie Raymonde te remercie pour le magnet.

 

 

On sort de ce traquenard énorme pour enfin voir les ruines, vous vous rappelez c’était pour ça que nous étions venus initialement. Trêve de plaisanterie, on entame la visite de ce lieu magnifique. On enchaine les différents monuments du site : les portes, la place ovale, l’hippodrome, le cardo maximus, le temple d’Artémis, les théâtres.  

 

 

On gambade durant environ 2h30 sous un caniar bien pesant et avec peu d’ombre. Il y a peu de monde ce qui une fois de plus est très agréable pour profiter des lieux. Le site est vraiment somptueux et on sent que le plein potentiel n’est pas encore exploité. Certains bâtiments sont un peu effondrés mais les pierres sont autour, s’ils se lancent dans des rénovations le site pourrait être encore plus beau. 

 

 

 

Nous reprenons la route vers le nord pour rejoindre Ajlun. La ville en elle-même semble avoir peu d’intérêt mais c’est son château qui attire les visiteurs. Ce château initialement construit pour protéger la ville des différentes attaques se trouve au sommet de la colline, ce qui donne une vision à 360 degrés sur les alentours. Difficile de venir attaquer ce château sans être vu. Le bâtiment est bien conservé et mérite son détour. Nous restons une bonne heure à vagabonder dans les différentes parties du château. 

 

 

La dernière étape de notre journée sera à Umm Qais. La partie nord de la Jordanie est composée de nombreuses étendues d’oliviers. Un petit goût de méditerranée avant d’arriver aux ruines de l’ancienne cité gréco-romaine. Cette ville abrite les ruines de son ancienne cité, Gadara. Après avoir fait Jerash, ces ruines sont moins impressionnantes mais cela reste tout aussi intéressant d’aller les voir. 

 

La plupart des ruines sont noires ce qui donne une atmosphère assez différente de Jerash. Le site semble peu touristique et nous pouvons nous balader quasiment seuls au sein de ce bel endroit. 

 

 

 

Nous n’avons pas prévu de crochet par Pella, pour deux raisons simples : le site semble présenter peu d’intérêt par rapport à Jerash et Umm Qais, sauf si vous souhaitez voir toutes les ruines du pays. Également, ce site est assez excentré des autres, ce qui nécessite de prévoir plus de temps. 

Après avoir fini par Umm Qais, nous partons dormir sur Irbid, deuxième ville de Jordanie. Elle n’est pas spécialement réputée pour le tourisme mais c’est une des villes les plus progressistes avec beaucoup d’université et donc d’étudiants. La jeune population (oui on parle comme des vieux) se retrouve le soir pour s’amuser. Y passer une soirée permet de s’imprégner du mode de vie Jordanien moderne. 

Nous dînons à Chimney, une nouvelle fois une excellente adresse. Nous nous régalons avec de nouveaux plats locaux, dont le Baba Ghanouj (une vraie tuerie à partager), un Kuftah et un Chicken Tikka. Que de plats succulents et nos ventres nous remercient après ces rudes efforts de marches sous 35 degrés.

 

 

Comme la bouffe est incroyable ici, on a dédié un article entier qui sera consacréeaux saveurs jordaniennes. Le ventre beaucoup trop lourd pour remarcher 30 minutes vers l’hôtel, nous attrapons un taxi pour rentrer  et dormir tôt avant la journée consacrée à Azraq et la route des châteaux.

 


   
LES INFOS QU’IL TE FAUT   


INDISPENSABLE

Jordan Pass – Petra sur 2 jours – 75 JD (105€)
Il permet de rentrer dans quasiment tous les sites du pays. Il sert également de visa.
Vous le rentabiliser rien qu’avec le prix du visa (40JD) et Petra (50JD).
Si besoin, tous les prix des sites sont regroupés sur ce site.


  Activités   

– Jerash – Inclus dans le Jordan Pass – Temps de visite : 2h30 à 3h00
– Château d’Ajlun – Inclus dans le Jordan Pass – Temps de visite : 45 min
– Umm Qais – Inclus dans le Jordan Pass – Temps de visite : 1h 

→ Tous les horaires d’ouverture sont regroupés sur ce site

 

    Hébergements   

Irbid Plaza Hotel (Irbid) – 32 JD (45€)
Pas incroyable – Hôtel vieillissant. Mais bien placé et avec un parking gratuit.

 

    Transports   

Agence Monte Carlo Cars -> Mitsubishi Attrage boite automatique
Prix : 420 JD (591€) pour 13 jours – Soit 32JD (45€) par jour

Meilleur rapport qualité prix qu’on ait trouvé – Ils vous récupèrent à l’aéroport à votre arrivée quelque soit l’heure. Et vous ramène lors de votre de départ. Ils sont très commerçants (Borne Wifi offert suite à un retard et pas de charge sur les rayures qu’on a eu à l’arrière de la voiture).

Temps de trajet :
Amman → Jerash: 50 Minutes (50km)
Jerash → Ajlun : 30 minutes (18km)
Ajlun → Umm Qeis : 1h10 (58km) 

Taxi (Irbid) : 1 JD (1,4€) une course de 5-10 minutes


 
Essence & Parking  

Plein d’essence : 32 JD (45€) par plein (50L de réserve) – 1 plein fait tenir quasiment 600km

Parking : La plupart du temps on peut trouver des places gratuitement. Sinon dans les villes où c’est chargé il y a des parking en plein air pour 3JD (4,2€) par jour. 


 
  Restaurant
   

Chimney House Restaurant (Irbid) = 17 JD (24€) pour deux – 3 plats & boissons
Superbe adresse, des plats incroyables et un cadre cosy. 

 

Prix par personne sauf le logement et la voiture qui sont pour 2 

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.